#7

Trop militant•e pour être honnête ?

Avec Laurent Puech, assistant social

Peut-on être militant/militante et avoir une démarche mesurée, honnête ? Loin de l’outrance et des excès ? Sommes-nous, nous les humains, vraiment capables de militer contre la pédocriminalité, la maltraitance animale, la pollution planétaire, l’infanticide, les réseaux de prostitution ou la violence conjugale de manière sobre et réfléchie ? Et si c’est le cas, est-ce vraiment efficace ? La manipulation des institutions et de l’opinion publique n’est-elle pas un passage obligé pour arriver à ses fins ?

J’ai rencontré Laurent Puech, assistant social basé à Montpellier, pour aborder une question à laquelle il est confronté au quotidien et qui se trouve à la base-même de son engagement : comment faire usage d’esprit critique face à des sujets qui nous mettent tellement en jeu que notre raisonnement se brouille ?

1
c

Épisode #7.165mn
Aide sociale, violences conjugales, infanticide

Dans ce premier volet, Laurent Puech évoque son parcours personnel de militant et de sceptique.

Nous discutons les cas spécifiques du militantisme contre les violences conjugales et les infanticides.

Timecodes Épisode #7.1

00:02:07Laurent Puech, un militant de longue date.
00:09:26Un intérêt fort pour la pensée critique.
00:19:43La critique de l’aide sociale : l’effraction, la bienveillance.
00:27:58La violence conjugale : le discours militant, les chiffres, les actions.
00:48:29L’infanticide : des chiffres erronés, une médiatisation massive.
2
c

Épisode #7.257mn
Identifier nos biais cognitifs et les déjouer

Dans ce second volet, nous évoquons à nouveau des sujets sensibles et dérangeants, mais surtout nous disséquons les raisons de notre adhésion à des idées qui nourrissent les biais naturels de notre esprit, et envisageons comment il est possible de s’en prémunir.

Timecodes Épisode #7.2

00:01:09Éthique de conviction / éthique de responsabilité, syndrome du bébé secoué.
00:05:42Militantisme et engagement.
00:10:22Nos biais face aux sujets sensibles : le biais de confirmation (l’exemple de l’infantilisation de la femme par la plainte obligatoire), le biais émotionnel (le vécu personnel, la colère, le syndrome du sauveur / justicier), le biais de précaution (l’idéalisation).
00:31:51Les leviers du militantisme biaisé : le chiffre et le cas illustré, la stimulation répétée de l’émotion, le « cherry picking », la culpabilisation, l’injonction à se positionner, la loi de Brandolini.
00:42:43Les conséquences du militantisme biaisé : sentiment d’impuissance des victimes et d’échec des professionnels.
00:46:25Pour un militantisme de qualité : l’avocat du diable, système à but / système à état.
00:52:10La minute stupide.
Icône donation

Garanti sans pub
Grâce à vos dons

Méta de Choc est un projet mené de manière indépendante et sans publicité. Soutenez-le en faisant un don :

Ressources
Pour aller plus loin

Ressources Épisode #7
Trop militant•e pour être honnête ?

Astrologie

Paranormal

Aide sociale

Violences conjugales

Infanticides

Homicides en France

Pédophilie

Syndrome du bébé secoué

Militantisme et engagement

Suggestions
Vous pourriez aussi aimer ...

Script ! S01 E06

L’écospiritualité

Par Élisabeth Feytit

Face à la destruction de l’environnement naturel qui assure notre survie, certain•es allient écologisme et spiritualité.

Échangeons
Commentaires

  1. Bonjour ,
    Et merci pour ce nouveau podcast très intéressant , j’ai eu la chance de suivre quelques heures trop courtes de formation avec Laurent Puech afin de clarifier la question du secret professionnel et du signalement dans le travail psychosocial .
    C’est une suite à cela bienvenue !
    Vos podcasts autorisent à penser « autrement » et à mettre en mots tout cela ! Merci !  

    1. Bonjour Carodoute, merci pour votre message. Ravi que vous ayez apprécié cette émission et le temps de formation où nous nous sommes croisés (où et quand ?). Vous avez bien vu le lien entre ce que je dis autour de la thématique du secret pro et ce que je dis dans cet entretien avec Elisabeth Feytit.  Super à lire pour moi 🙂

      1. Bonjour m.puech, je ne découvre votre réponse que maintenant! J’ai assisté à une trop courte formation d’une matinée à l’afccc il y a un peu plus de deux ans . 
        Cela avait répondu parfaitement à mes questionnements pro du moment, et confirmé mon sentiment de responsabilité de mes actes et décisions et de leur impact possible. Mais cela m’ avait surtout apporté la compréhension objective de la marge de manœuvre du travailleur social , des risques réels, à mesurer pour pouvoir les prendre, pour soi et pour l’autre.  
        Il faudrait ce type d’intervention dans tous service d’où pourraient partir des signalements … pour un travail commun constructif …

  2. Bonjour, voilà un podcast original et qui fait réfléchir aux biais dans lesquels notre pensée peut s’engouffrer. J’ai toujours une question qui reste en suspens : dans quelle mesure nos émotions sont-elles un frein ou un outil pour nous aider à penser? Partant du postulat que c’est par nos émotions et nos sensations que nous entrons en contact avec le monde qui nous entoure. Une thématique pour un prochain podcast?:) Merci à vous, Karima

    1. Bonjour Karima,
      Très belle thématique, en effet. Je n’oppose pas l’émotion et la raison. Elles sont deux composantes indispensables à notre pensée. Les émotions sont souvent des manifestations intéressantes de nos modes de pensée. D’ailleurs, comme je l’explique dans l’épisode 8, observer de manière distanciée nos émotions au moment où elles se présentent (sans les nier ou les repousser pour autant) est une manière très efficace de débusquer nos croyances sur nous-mêmes, les autres, la société ou la vie. Prendre conscience de ces croyances, c’est nous permettre ensuite de les questionner.
      Les émotions peuvent être un frein ou un outil, selon les circonstances ; tout comme la raison !

    2. Merci Karima pour votre intérêt sur les points abordés lors de cette émission. Et pour la suggestion du thème que vous proposez aussi, fort intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *