#12

Les hommes, les femmes, Mars et Vénus

Avec Odile Fillod, chercheuse en études sociales des sciences

La testostérone rendrait les hommes plus agressifs et sexuellement plus actifs, l’ocytocine rendrait les femmes douces et empathiques, les filles par nature plus coquettes et moins bonnes en maths, les garçons plus capables d’abstraction. Les femmes auraient une meilleure mémoire, les hommes de meilleures capacités motrices et spatiales. Les garçons seraient prédisposés à jouer avec des camions et les filles avec des poupées.

De quoi parle tout ça, sinon de notre identité, de la projection que nous faisons de ce qui nous constitue en tant qu’humains, en tant qu’hommes et femmes ?

Pour faire un état des lieux des connaissances sur ce sujet hautement sensible, j’ai rencontré Odile Fillod, chercheuse et critique de la vulgarisation des questions de genre dans les médias.

1
c

Épisode #12.161mn
Keep calm et on pose les bases

Odile Fillod nous expose ses motivations et sa méthode de recherche. Mais est-il vraiment possible de démêler l’inné de l’acquis concernant les différences psychologiques entre hommes et femmes ?

Timecodes Épisode #12.1

00:02:31Les motivations d’Odile Fillod.
00:19:59La démarche d’Odile Fillod : retourner à la source ultime, contacter les chercheurs. La théorie du genre. L’étude des médias de vulgarisation. Les différents champs de recherche en lien avec le genre.
00:40:09Peut-on dissocier l’inné de l’acquis ? La théorie de la complémentarité hommes/femmes.
00:54:05Les études scientifiques sont-elles fiables ? Le jugement par les pairs, la nécessité de la réplication, la crise de la reproductibilité.
2
c

Épisode #12.253mn
Des souris et des nourrissons

Nous voilà de retour avec Odile Fillod pour évoquer les origines biologiques des différences cognitives et comportementales entre les hommes et les femmes. Sautons maintenant à pieds joints dans l’analyse des études qui font référence.

Timecodes Épisode #12.2

00:00:37L’erreur d’attribution, l’attaque ad hominem, l’épouvantail (ou homme de paille), l’argument d’autorité.
00:04:29Le meilleur niveau de preuve : l’étude randomisée en double aveugle. Méta-analyse vs revue de la littérature.
00:10:07Les expériences sur les animaux sont-elles transposables à l’humain ? La question de l’orientation sexuelle.
00:17:38Des souris et des Hommes. L’exemple de l’action de la testostérone prénatale sur les comportements sexuels.
00:26:28La psychologie évolutionniste. Le risque de cherry picking. Le consensus scientifique.
00:38:10Les neurosciences et la neuro-imagerie.
00:40:40L’étude de Simon Baron-Cohen sur les nourrissons. Compétences cognitives et sociales chez les filles et les garçons. Autisme et “masculinité cérébrale“.
3
c

Épisode #12.357mn
Une recherche tous azimuts

Le teaser de cette série avait piqué votre curiosité sur l’action de la testostérone et de l’ocytocine sur nos comportements. Eh bien nous y voilà. Odile Fillod a des choses à nous dire sur tout ça.

Timecodes Épisode #12.3

00:01:38Les singes vervets et les jouets. Test du niveau d'activité d'enfants jouant. Généralisation et surinterprétation dans les médias.
00:15:59Les macaques et les jouets : une étude qui critique la précédente et n'observe pas la même chose.
00:19:14“Instinct maternel“ et ocytocine : l’hormone dite “de l’amour“ et de l’attachement. Des rats, des souris et des brebis. Autisme et ocytocine.
00:30:17L’utilisation des hémisphères du cerveau. Étude du connectome par IRM. La fabrication d’une découverte scientifique et l’escalade médiatique. Les différences de volume cérébral entre hommes et femmes.
00:44:33Les noyaux cérébraux et Jacques Balthazart. Différences liées à la régulation de l'activité des gonades (testicules et ovaires).
00:49:02Les biais dans les conditions d’expérimentation : biais d’échantillonnage (recrutement, attrition, hasard, faux positif), biais de conditions de l’expérimentation (paramètres, attentes du chercheur), biais de définition (ex : mesure de l’agressivité), biais de déclaration (désirabilité sociale). Le mythe de la testostérone et les études sur les personnes trans.
4
c

Épisode #12.457mn
Enfin des conclusions !

Maintenant, on aimerait quand même bien savoir quelles sont les différences psychologiques innées entre les sexes ! Reprenons donc, sans plus attendre, le fil de ma conversation avec Odile Fillod.

Timecodes Épisode #12.4

00:01:04Biais des chercheurs : biais de confirmation (investissement, croyances), disponibilité de la variable "sexe", “Publier ou périr“, présentation trompeuse de l'existant, présentation trompeuse des résultats ("spin")
00:10:15Biais des vulgarisateurs : inconscience des limites des publications scientifiques, biais quand vulgarisateur = émetteur, biais de sélection et de présentation. Dépendance aux avis d'“experts“ et entorses à l'éthique journalistique. Corrélation vs causalité.
00:20:33Biais du grand public : désir de réponses claires, biais de naturalisation. Le mythe d’un cerveau archaïque. Convergence avec des théories psychanalytiques. Confort psychologique de l’explication biologique (homosexualité, “instinct maternel“). Recherche de repères fixes, malaise à l'idée de construction sociale de soi (identité, comportements).
00:31:02Différences psychologiques entre femmes et hommes : ce qui est observé, celles dont l'origine endogène dans le sexe biologique est prouvée.
00:39:12Enjeux politiques et sociétaux : importance de la question des différences naturelles, conséquences des discours de naturalisation sur les normes et les comportements, instrumentalisations conservatrices.
00:45:11Écueils à éviter. Se méfier des conclusions binaires et des effets non quantifiés. La méthodologie et le niveau de preuve. Des améliorations à faire en amont (journalisme scientifique). L'importance de la qualité de l'information scientifique.
00:53:16La minute stupide.
Icône donation

Garanti sans pub
Grâce à vos dons

Méta de Choc est un projet mené de manière indépendante et sans publicité. Soutenez-le en faisant un don :

L'émission en bref
Les meilleurs passages

Ressources
Pour aller plus loin

Ressources Épisode #12.1
Keep calm et on pose les bases

La démarche d’Odile Fillod :

Les différences de cerveau dès l’âge d’un mois :

La “théorie du genre“ :

 

La question “inné/acquis“ ou “nature/culture“ :

La crise de reproductibilité :

Ressources Épisode #12.2
Des souris et des nourrissons

Erreur d'attribution et arguments fallacieux :

Méthodes scientifiques et niveaux de preuve :

Sur le rôle majeur des œstrogènes dans la "masculinisation/ déféminisation" prénatale des comportements sexuels des souris/rats et la différence entre humains et rongeurs sur ce point, notamment mise en évidence par le cas des personnes 46,XY avec insensibilité complète aux androgènes (NB : articles publiés par des chercheur•es soutenant l'hypothèse de la sexuation prénatale des comportements humains) :

  • Roles of estrogen receptors α and β in differentiation of mouse sexual behavior, par E. F. Rissman et al. (Neuroscience, mars 2006) : https://doi.org/10.1016/j.neuroscience.2005.10.018

  • Is human brain masculinization estrogen receptor-mediated? Reply to Luoto and Rantala, par David Puts et al. (Hormones and Behavior, janvier 2018) : https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2017.07.018

  • The Role of Androgen Receptors in the Masculinization of Brain and Behavior: What we’ve learned from the Testicular Feminization Mutation, par Damian G. Zuloaga et al. (Hormones and Behavior, mai 2008) : https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2008.01.013

  • Complete Androgen Insensitivity Syndrome: Long-Term Medical, Surgical, and Psychosexual Outcome, par Amy B. Wisniewski et al. (The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, août 2000) : https://doi.org/10.1210/jcem.85.8.6742

  • Psychological Outcomes and Gender-Related Development in Complete Androgen Insensitivity Syndrome, par Melissa Hines et al. (Archives of Sexual Behavior, avril 2003) : https://doi.org/10.1023/A:1022492106974

Analyse critique de la théorie de la sexuation prénatale du psychisme humain par la testostérone :

  • Hormones, sexe et cerveau, de Rebecca M. Jordan-Young (Belin, 2016 [Harvard University Press, 2010]).

Psychologie évolutionniste :

Neurosciences :

Étude de Simon Baron-Cohen sur les nourrissons :

Autisme et “masculinité cérébrale“ :

  • Autism spectrum disorder: Trends in research exploring etiopathogenesis, par Shreeya Gyawali et al. (Psychiatry and Clinical Neurosciences, mai 2019) : https://doi.org/10.1111/pcn.12860

  • No relationship between prenatal androgen exposure and autistic traits: convergent evidence from studies of children with congenital adrenal hyperplasia and of amniotic testosterone concentrations in typically developing children, par Karson T. F. Kung et al. (The Journal of Child Psychology and Psychiatry, juillet 2016) : https://doi.org/10.1111/jcpp.12602

  • Some difficulties behind the concept of the ‘Extreme male brain’ in autism research. A theoretical review, par Rosalind Ridley (Research in Autism Spectrum Disorders, janvier 2019) : https://doi.org/10.1016/j.rasd.2018.09.007

Ressources Épisode #12.3
Une recherche tous azimuts

Les singes et les jouets :

Les enfants et les jouets :

  • Early androgens, activity levels and toy choices of children in the second year of life, par Gerianne Alexander et Janet Saenz (Hormones and Behavior, 2012) : https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2012.08.008

  • Children’s Gender-Typed Toy Interests: Does Propulsion Matter ? par Lisa Dinella, Erica Weisgram et Megan Fulcher (Archives of Sexual Behavior, 2017) : https://doi.org/10.1007/s10508-016-0901-5

  • Infants’ Preferences for Toys, Colors, and Shapes: Sex Differences and Similarities, par Vasanti Jadva, Melissa Hines et Susan Golombok (Archives of Sexual Behavior, 2010) : https://doi.org/10.1007/s10508-010-9618-z

  • Parents’ Influence on Infants’ Gender-Typed Toy Preferences, par Josh Boe et Rebecca Woods (Sex Roles, 2018) : https://doi.org/10.1007/s11199-017-0858-4

  • Sex differences in children’s toy preferences: A systematic review, meta-regression, and meta-analysis, par Brenda Todd, Rico Fischer et al. (Infant and Child Development, 2018) : https://doi.org/10.1002/icd.2064

Ocytocine et "instinct maternel" :

Déconvenues des recherches sur les effets de l'ocytocine :

  • Null results of oxytocin and vasopressin administration across a range of social cognitive and behavioral paradigms: Evidence from a randomized controlled trial, par Benjamin Tabak et al. (Psychoneuroendocrinology, 2019) : https://doi.org/10.1016/j.psyneuen.2019.04.019

  • Oxytocin therapy for core symptoms in autism spectrum disorder: An updated meta-analysis of randomized controlled trials, par Yue Wang, Meng-Jie Wang et al. (Research in Autism Spectrum Disorders, 2019) : https://doi.org/10.1016/j.rasd.2019.03.007

Latéralisation cérébrale du traitement des informations langagières :

Étude sur les différences femmes-hommes dans le connectome, et ses suites :

Noyaux cérébraux sexués :

Sur le lien entre testostérone en circulation et des mesures indirectes de "l'agressivité" comme trait psychologique (ex : agressions passées, tendances "colériques", etc.). Aperçu de la faiblesse des données corrélationnelles, de la variation des résultats selon la mesure utilisée et des débats actuels y compris parmi les chercheur•es soutenant l'hypothèse d'une médiation par des effets de la testostérone sur les substrats cérébraux impliqués :

Études sur les personnes trans :

  • Prospective Evaluation of Self-Reported Aggression in Transgender Persons, par Justine Defreyne et al. (The Journal of Sexual Medicine, 2018) : https://doi.org/10.1016/j.jsxm.2018.03.079

  • Does Testosterone Treatment Increase Anger Expression in a Population of Transgender Men? par Giovana Motta et al. (The Journal of Sexual Medicine, 2018) : https://doi.org/10.1016/j.jsxm.2017.11.004

  • No correlation between serum testosterone levels and state-level anger intensity in transgender people: Results from the European Network for the Investigation of Gender Incongruence, par Justine Defreyne et al. (Hormones and Behavior, 2019) : https://doi.org/10.1016/j.yhbeh.2019.02.016

Ressources Épisode #12.4
Enfin des conclusions !

Biais dans la recherche publiée :

Biais dans la vulgarisation :

Sur l'absence de binarité ou complémentarité des traits psychologiques et des performances cognitives :

  • Gender similarities and differences, par Janet Shibley Hyde (Annual Review of Psychology, 2014) : https://doi.org/10.1146/annurev-psych-010213-115057

  • Sex and cognition: gender and cognitive functions, par Janet Shibley Hyde (Current Opinion in Neurobiology, 2016) : https://doi.org/10.1016/j.conb.2016.02.007

  • Différences psychologiques entre femmes et hommes et rôles sexuels : un lien factice ? par Louise Cossette, in Mon corps a-t-il un sexe ? dir. E. Peyre et J. Wiels (La Découverte, 2015).

Sur la versatilité et les facteurs contextuels, expérientiels et socio-culturels de la différence dans la rotation mentale en 3D :

Critique des discours de naturalisation des différences psychologiques invoquant les sciences biomédicales :

Suggestions
Vous pourriez aussi aimer ...

Échangeons
Commentaires

  1. Bonjour,
    Discussion super intéressante que j’ai trouvée sur Framatube et qui fait écho à une discussion que j’ai eu il y a quelque temps avec mon entourage (certains de mes amis et de ma famille).
    Je pensais pouvoir trouver la suite de la 1ère discussion mais il semble qu’elle n’est pas encore été diffusée ; est-ce exact ?
    J’attends avec impatience les 3 autres diffusions.
    Merci pour cet exposé.
    Bien à vous,
    Laurent

  2. Bonjour Laurent et merci pour votre intérêt.
    Effectivement, il va falloir être patient 🙂 Le chapitre 2 sera mis en ligne ce vendredi à 18h. Les suivants les vendredis d’après.
    Méta de Choc propose un contenu par semaine. De quoi vous laisser le temps de cogiter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *