c
#3

Bienveillance et scepticisme

Avec Virginie Bagneux, Richard Monvoisin et Élisabeth Feytit

Le 1e avril 2021 avait lieu, pour la deuxième année consécutive, la Fête de l’esprit critique. Parce que ce jour sous le signe du poisson est sans doute celui pendant lequel nous faisons le plus attention à la fiabilité de ce qu’on nous raconte, de peur de se retrouver honteusement assigné•e au camp des crédules !

Cette année donc, le Collectif sceptique caennais m’a proposé de participer à un Live ayant pour titre : “Retours d’expérience sur la bienveillance dans le scepticisme“ avec deux figures académiques du domaine.

De cette émission audio de 2h15 diffusée en exclusivité sur la plateforme libre Skeptikón dont je fais également partie, je vous propose un montage maison d’une heure et demi.

Le podcast du live

Timecodes de l'épisode

00:01:28Définitions de la bienveillance et du scepticisme. Présentation des invités.
00:06:40La notion de bienveillance est-il utile ? bien / mal, humilité, compréhension, respect, empathie.
00:16:59Comment réagir aux attaques : public, collègues, adversaires, harcèlement.
00:27:30Les échanges avec les “non-sceptiques“ : identifier où en est l’interlocuteur, éviter de faire souffrir, en groupe ou en tête-à-tête, trouver un terrain d’entente, persuasion, prendre le temps, définir ses objectifs, sur Internet, sujets brûlants, maintenir le lien.
00:50:38Les échanges entre sceptiques : Sceptiques du Québec, variations culturelles, identification à ses idées, Congrès européen des sceptiques, divergences, climat serein et respectueux, prendre du recul, les gardiens de la vertu, être dans la nuance, prendre le temps, non-moquerie, coopération, “tit for tat“, pardon aléatoire, essentialisation, principe de charité.
01:03:36Violence et polémiques : injure, mépris, dissocier personne et idées, politiquement correct, influence et manipulation, développement de l’esprit critique, éducation, auto-éducation, Polémique dans le milieu sceptique, accueil des critiques, présentation biaisée par les médias, réputation du rationaliste, proposer des alternatives à une croyance fausse, l’émerveillement par la science.
01:13:10Questions du tchat : les motivations d’Élisabeth, l’auto-défense intellectuelle, pensée éclairée, Quatre accords toltèques, New Age, dépolitisation, Communication non violente (CNV), peur de l’erreur, apprentissage par l’erreur, solitude des sceptiques, associations sceptiques, cercle social.
Icône donation

Garanti sans pub
Grâce à vos dons

Méta de Choc est un projet mené de manière indépendante et sans publicité. Soutenez-le en faisant un don :

Ressources
Pour aller plus loin

Ressources Épisode #3
Bienveillance et scepticisme

Live d’origine, durée 2h15 :

Intervenants :

Définitions :

Associations sceptiques :

Livres :

  • La doctrine de la vertu, d’Emmanuel Kant, in Métaphysique des mœurs, II, 1797, (Flammarion, 1994).

  • L’éthique aujourd’hui : maximalistes et minimalistes, de Ruwen Ogien (Folio, 2007).

  • Somme théologique, tome 1, de Thomas d’Aquin, 1265 (Cerf, août 2021).

  • Pour en finir avec Dieu, de Richard Dawkins, 2008 (Perrin, mars 2018).

  • Prodige et vertige de l’analogie – De l’abus des Belles-lettres dans la pensée, de Jacques Bouveresse (Raisons d’agir, 1999).

  • Les aléas de la raison, de László Mérő (Seuil, 2000).

  • Influence et manipulation, de Robert Cialdini, 1984 (First, août 2021).

  • Les gardiens de la raison – Enquête sur la désinformation scientifique, de Sylvain Laurens, Stéphane Horel et Stéphane Foucart (La Découverte, 2020).

  • Les quatre accords toltèques, de Don Miguel Ruiz, 1997 (Jouvence, 2016).

  • Le guide du voyageur inter-galactique, de Douglas Adams, 1979 (Gallimard, 2010).

Vidéo / Audio :

Suggestions
Vous pourriez aussi aimer ...

La minute stupide

Avec des gens comme vous et moi

Nous avons tous fait des erreurs et continuons à en faire. C’est normal et c’est même souvent ce qui nous fait réfléchir et progresser.

Échangeons
Commentaires

  1. Bonjour,

    Je me pose une question dont vous aurez peut-être la réponse : est-ce qu’il y a un nom pour ce procédé de manipulation dont Elisabeth parle à la fin : « si ce que je te dis ne te convient pas, questionne-toi sur toi-même » ?

    J’ai trouvé cet article du psychologue Van Rillaer, qui parle de quelque chose d’avoisinant, la psychiatrisation du contradicteur : https://blogs.mediapart.fr/jacques-van-rillaer/blog/100519/la-defense-privilegiee-de-freud-psychiatriser-les-contradicteurs

    Mais je ne trouve pas ce procédé répertorié dans, par exemple, ces listes publiées sur le site Cortecs : https://cortecs.org/language-argumentation/moisissures-argumentatives et https://cortecs.org/la-zetetique/sophismes-une-petite-collection

    Je vous remercie.

    1. Pardonnez-moi Nadine, j’aurais dû répondre plus tôt. La liste des procédés du cortecs est hélas loin d’être exhaustive. D’ailleurs beaucoup d’entourloupes sont de savants mélanges de plusieurs procédés. Je ne sais pas s’il y a un terme standard pour ce biais, que moi aussi j’appelle comme Jacques la psychiatrisation de l’opposant·e. La spécialiste de cette question, (par ailleurs autrice d’un ouvrage ancien sur les formes de débats) s’appelle Marianne Doury, linguiste. Elle a co-écrit un article exactement sur ce thème (en anglais, je ne connais pas de traduction, peut-être lui demander ?) :The psychiatrization of the opponent in polemical context(dispo dans les archives ouvertes HAL ici https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01388752 ). Bien amicalement

      1. Merci Richard pour votre réponse, et pour le lien vers cet article fort intéressant. Je remarque que Doury range la psychiatrisation du contradicteur dans la catégorie « attaque ad hominem » quand Van Rillaer la range dans la catégorie « attaque ad personam ». Votre avis sur la question m’intéresse, si vous en avez un.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *