#11

L’astrologie, ça marche !… Trop.

Avec Serge Bret-Morel, spécialiste de la critique de l'astrologie

Quand on parle d’astrologie, le plus souvent deux camps s’affrontent : ceux qui s’en émerveillent et y ont recours parce que « ça marche » et ceux qui la critiquent pour son manque de fondements, de méthodologie et ses échecs prévisionnels répétés. Dans ce débat, on a l’impression d’un dialogue de sourds où chacun campe sur ses positions, agacé par l’ignorance et l’aveuglement évident de son contradicteur.

Pour aborder un sujet pareil, dont j’ai découvert la très grande complexité au fil de la préparation de cette émission, il nous fallait un expert de la question.

Je me suis rendue à Lyon pour rencontrer Serge Bret-Morel, un ancien astrologue au parcours personnel marqué dès l’enfance par une réflexion sur sa propre pensée. C’est à force de vouloir comprendre une pratique qui le passionnait et qui avait des réels effets dans sa vie, qu’il est devenu un critique tout aussi passionné aujourd’hui, reconnu pour son approche inédite et très complète de l’astrologie.

Et si le croyant et le sceptique avaient tous les deux raison ?

1
c

Épisode #11.157mn
Une pratique aux multiples facettes

L’astrologie est une pratique à la technicité inattendue. C’est en particulier ce qui la rend légitime aux yeux de ses fervents pratiquants. Découvrons ensemble sa complexité et ses origines historiques.

Timecodes Épisode #11.1

00:02:07Qu’est-ce que l’astrologie : horoscope de presse, consultation, enseignement et étude théorique.
00:10:51Les différents courants, un système géocentrique.
00:19:19La dissociation de l’astronomie au XVIIe siècle.
00:25:51La consultation astrologique concrètement, les différences avec la voyance.
00:36:56Les origines de l’astrologie : Mésopotamie, Grèce antique, Chine, Inde, pays arabes.
00:50:07L’empreinte sociale actuelle.
2
c

Épisode #11.259mn
De l'initiation à l'engagement total

Nous voilà de retour avec Serge Bret-Morel, ancien astrologue devenu sceptique spécialisé dans la critique de l’astrologie.

Il aborde son parcours personnel et tenez-vous bien, c’est la pratique sauvage de la métacognition qui l’a fait devenir un fervent croyant et défenseur de l’astrologie.

Timecodes Épisode #11.2

00:01:08Serge Bret-Morel, avant l’astrologie : métacognition sauvage, le prisme des émotions.
00:15:33L’entrée dans l’astrologie.
00:30:32La découverte de la philosophie, recherche sur Kepler.
00:37:27Prouver l’astrologie.
00:43:24L’entrée dans le milieu des astrologues, FDAF, premières critiques de l’intérieur.
00:51:17Un engagement personnel total pour révolutionner la science.
3
c

Épisode #11.359mn
Quand la critique s'impose

Il est temps de découvrir ce qu’est devenu le rêve de révolution de mon invité.

Sortir d’une croyance profonde est un véritable tour de force qui s’inscrit dans un processus plus ou moins long. Chaque personne a le sien. Celui de Serge Bret-Morel s’ancre dans son désir de comprendre, et en réalité, de sauver l’astrologie ! Et vous allez voir que pour lui, le réveil a été brutal.

Timecodes Épisode #11.3

00:01:16La remise en cause personnelle.
00:13:04La confrontation avec des sceptiques, magazine Science & pseudo-sciences (Afis)
00:17:47L’accueil de la communauté sceptique, Observatoire zététique
00:22:54La prise en main des outils zététiques, le biais de confirmation, Galilée, Staline.
00:32:19Pourquoi l’astrologie « ça marche » ? Un brainstorming au service des hommes politiques et chefs d’entreprise. François Mitterrand, André Santini, Élizabeth Tessier.
00:44:56Les biais cognitifs du client : le cherry-picking, la recherche de l’erreur, la satisfaction, les effets contextuels, le soulagement, l’effet râteau (l’exemple des élections présidentielles), la prophétie auto-réalisatrice.
4
c

Épisode #11.455mn
La croyance face au réel

Dans le chapitre précédent, je vous proposais de nommer les biais cognitifs des astrologues. Voyons ensemble certains d’entre eux.

Et surtout penchons-nous sur ce que l’observation méthode nous dit des prétentions de l’astrologie.

Timecodes Épisode #11.4

00:00:54Les biais de l’astrologue : la recherche de la beauté, le biais de confirmation, le cherry picking, l’irréfutabilité, la lecture à froid, donner un sens à tout prix (refus du hasard), les prévisions mondiales.
00:11:53Les études scientifiques : l’influence gravitationnelle, tests statistiques (naissances, maladies), expérimentations (personnalité, trajectoires de vie).
00:35:20La persistance de la croyance astrologique, la question du bonheur.
00:43:00La dissonance cognitive, comment on quitte (ou pas) une croyance.
5
c

Épisode #11.556mn
L'heure du bilan

Serge Bret-Morel a pensé au travers de l’astrologie pendant plus de 15 ans. Aujourd’hui, il a une vision de cette croyance à la fois intime et analytique. Je l’interroge sur les dangers auxquels s’expose le croyant et sur les manières d’échanger avec un astrologue confirmé ou un simple consommateur d’horoscope.

Timecodes Épisode #11.5

00:00:53Les risques pour le croyant : le retard de connaissance, l’aliénation, la sortie du réel.
00:11:08Doit-on respecter les croyances des autres ? Comment parler à un croyant ?
00:17:20Dissocier la croyance de la personne.
00:19:35Les choses à ne pas dire à un astrophile : la causalité, la 13e constellation du Serpentaire, le décalage entre signes et constellations (Hipparque et Ptolémée), l’horoscope de presse.
00:28:47Comment parler à un astrophile ?
00:31:18La vie après la croyance
00:38:29La zététique comme outil de connaissance de soi : la recherche de l’erreur.
00:46:04Le sens n’immunise pas contre le hasard, la bonne foi n’immunise pas contre l’erreur.
00:48:05La minute stupide, message aux sceptiques débutants.
Icône donation

Garanti sans pub
Grâce à vos dons

Méta de Choc est un projet mené de manière indépendante et sans publicité. Soutenez-le en faisant un don :

Ressources
Pour aller plus loin

Ressources Épisode #11.1
Une pratique aux multiples facettes

Articles :

Livres :

Ressources Épisode #11.2
De l'initiation à l'engagement total

Vidéo :

Article :

Livre :

  • Le monde de Sophie, de Jostein Gaarder (Le Seuil, 1991).

Ressources Épisode #11.3
Quand la critique s'impose

Définitions :

Article :

Vidéos :

Ressources Épisode #11.4
La croyance face au réel

Définition :

Vidéos :

Articles :

Livre :

  • L’astrologie (l’histoire, les signes, le thème… et la science), de Solange de Mailly-Nesle (Editions de la Martinière, 1994).

Ressources Épisode #11.5
L'heure du bilan

Vidéos :

Livres :

  • Peut-on penser l’astrologie : science ou voyance ? d’Édouard Collot et Daniel Kunth (Le Pommier, 2000).

  • L’astrologie, de Daniel Kunth et Philippe Zarka (Que sais-je ? PUF, 2005).

  • L’astrologie est-elle une imposture ?, de Philippe Zarka et Daniel Kunth (CNRS Éditions, 2018).

Méta de Choc Collection
Retrouvez cette émission en livre

L’astrologie ça marche !… trop.

Itinéraire d'un astrologue déchu
De Serge Bret-Morel et Élisabeth Feytit
Découvrir

Suggestions
Vous pourriez aussi aimer ...

Shocking ! #19

Au pays de Jéhovah

Avec Bertrand L'anonyme

Bertrand a été élevé chez les Témoins de Jéhovah. Il lève le voile sur les croyances et les pratiques d'un mouvement surveillé de près pour ses dérives sectaires.

Échangeons
Commentaires

  1. Il faut parler également de la précession des équinoxes. C’est ce qui explique qu’une personne née le 28 mai était peut être “gémeaux” il y a 2000 ans mais certainement plus maintenant !

  2. Bonjour,

    j’ai écouté les 2 premiers épisodes et une partie du troisième, et je pense que c’est la meilleure de vos émissions que j’ai écouté pour l’instant. Et dire que je ne l’écoutais pas jusqu’à présent car l’astrologie ne m’intéresse pas ! Serge Bret-Morel, aidé par vos questions, excelle dans l’art métacognitif : on croit voir les rouages de la mécanique de sa pensée en action. Et vous réussissez tous deux à faire cela sans faire de la psychologisation, bravo.

    J’ai envie de revenir sur un moment (début de l’émission 3), lorsque Serge se « prend un train dans la figure ». Vous (Serge) dites alors que vous avez décidé que votre rapport à l’astrologie ne serait plus en engagement mais un travail dans le sens social du terme. Puis vous analysez cela en disant que c’était un moyen de résoudre votre dissonance cognitive, pour ne pas en rester à l’endroit insupportable (ce sont mes mots) de « j’ai perdu 10 ans de ma vie ». On ne comprend pas à l’écoute si c’est un problème pour vous d’avoir fait cela (transformé un engagement existentiel en travail),si vous portez un regard critique sur cette résolution de dissonance cognitive, ou si c’est juste la description d’un mouvement psychologique, sur lequel vous ne portez pas de jugement particulier. Pensez-vous que vous auriez du rester à l’endroit inconfortable de « j’ai perdu 10 ans de ma vie » ? J’entends souvent parler de « résolution de dissonance cognitive » pour décrire un processus qui mène à des croyances, à des biais. Mais là dans votre cas j’ai plutôt l’impression que c’est un processus sain, qui vous mène à un endroit intéressant (concrètement, l’écriture d’un livre), non ?

    Pour finir, vous dire Élisabeth que j’apprécie aussi la forme de vos podcast : faire des émissions longues voire très longues, laisser vos invités dérouler leur pensée, peu de questions mais précises et détaillées, et aucune interruption musicale ou autre. C’est du concentré, on perd pas notre temps, on le prend 😉

    Vivement mon écoute de la suite !

    1. Bonjour Nadine et merci beaucoup pour ce retour !
      Vous pointez là un moment très important de ma vie et vous répondre n’est pas évident car j’avais d’autres choix possibles.
      L’un d’entre eux était de tout arrêter et littéralement changer de vie. Là, quelque chose comme 10 ou 11 ans plus tard, je peux dire que, depuis, mes peines ont été supérieures à mes joies car j’ai continué de tout sacrifier à mon travail, ce qui aurait été différent autrement.
      Je peux donc considérer que j’ai « résolu ma dissonance cognitive » dans le sens où j’ai trouvé une raison de continuer de faire ce que je faisais mais en changeant seulement de regard et d’objectifs.
      Concrètement, je me dirai peut-être un jour que c’était une mauvaise décision et, aujourd’hui, je ne sais pas si c’en était une bonne. Tout simplement parce que je ne sais même pas si tout le travail qui est le mien laissera une trace dans le temps ou pas. C’est donc l’avenir qui le dira.
      Voilà, j’espère que j’ai répondu à votre question ? Bonne écoute de la suite en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *